collapse

Connexion

 
 
Bienvenue, Invité. Merci de vous connecter ou de vous inscrire.
Avez-vous perdu votre e-mail d'activation ?

* Rechercher


Auteur Sujet: Endurance trophée de ligue au Vigeant  (Lu 3336 fois)

hbenedet

  • Invité
Endurance trophée de ligue au Vigeant
« le: 02 novembre 2013, 21H 06mn 20s »

Bonsoir à tous,

ça fait très longtemps que je n'ai pas publié sur ce forum. Une brève présentation de rappel s'impose peut-être :
je roule sur Ducati depuis 13 ans et j'ai toujours été passionné par ces motos, à tel point que j'en ai quelques unes dans le garage, à côté d'autres marques aussi. Je m'amuse à réaliser des protos pour la piste et des café racer, juste pour le plaisir. Avec quelques copains, nous avons créés une association pour faire les courses d'endurances du DCF et du trophée de ligue, l'association Méca team (www.mecatem.fr).

Vous trouverez ci-après notre compte-rendu de notre dernière course d'endurance de la saison. Maintenant, c'est place à la mécanique sur les motos de piste et balades bucolique sur route.

Bonne lecture. Les photos sont sur notre site internet.

Hugues
---------

Retour pour nous au Trophée de Ligue Aquitaine Poitou-Charentes organisé par le moto club Val de Vienne Moto. Pour cette fin de saison et cette endurance de 3h00 sur le circuit du Vigeant, nous engageons de nouveau deux motos : le proto Ducati 750 ie et la kawasaki Er6n, comme l’an dernier. Seuls la composition des équipes change.

L’équipe pour cette course est « light » et composée de :
·         Pilotes Proto Ducati 750ie : Hugues et Frédéric
·         Pilote Kawasaki Er6n : Joël et David
·         Team Manager, mécanicien, ravitailleur, extincteur et chrono : Pierre et Florent (ils ne vont pas s’ennuyer !), avec l’aide des pilotes et de Thierry et sa femme qui nous rejoignent en cours de week-end pour découvrir l’ambiance de l’association

 
Vendredi 18 octobre

Arrivée tardive, par rapport au programme, de Frédéric et moi qui avons réussi à nous perdre au départ, pendant qu’on discutait au lieu de se concentrer sur le trajet. Résultat : une bonne heure de trajet de plus mais des superbes routes viroleuses à souhait découvertes et repérées pour la prochaine balade moto…

Nous rejoignons Joël qui est déjà arrivé depuis un moment et s’est installé sous un soleil magnifique et une température estivale. Alors que nous sommes en plein montage de camp, le speaker annonce que des places sont disponibles en essais libres. Joël et Fred en profitent donc pour se remettre en piste, pour ma part, j'ai déjà roulé trois semaines avant au Vigeant avec Box23. Ils partent donc pour 20 minutes d’essais libres dans des conditions idéales.

Le résultat de ces essais est assez mitigé avec des temps assez inavouables autour de 2’30 pour Joël et 2’20 pour Fred, ce dernier rentrant d’ailleurs rincé de cette séance ; ça promet vu qu’on part pour une endurance…

On règle quelques détails de finition sur la kawa pour qu’elle soit conforme et on va passer les contrôles administratifs et techniques, avec en prime un briefing sur le détail de la course d’endurance : il y a quelques variations avec le DCF, mais on reste en terrain connu.

Au programme du lendemain : essais qualificatifs à 8h15 pour Joël et moi puis révision de la kawa.

Tout le monde se met à table pour un repas bien diététique préparé par notre chef cuistot Joël, en attendant David qui arrive tardivement mais avec un calva maison qui ne peut se refuser, ce qui sera une grosse erreur : Joël fera de la guerre psychologique la nuit en nous offrant un concert juste pour qu’on ne soit pas en forme le lendemain.

Bref, nuit courte.

 
Samedi 19 octobre

Levé tôt pour aller faire l’administratif de David et se lancer aux qualifications pour Joël et moi. Le temps est au sec, ça fait du bien.

Le calva et la nuit courte font leur effet : Joël est en 2’23 et moi en 2’13, pour respectivement 2’17 et 2’07 habituellement. Bref c’est nul et on est en fond de grille.

De plus, est-ce une excuse ?, je trouve que le proto 750 bouge beaucoup et se redresse brutalement au lâché de frein, ce qui est finalement confirmé par Fred à ses essais. Du coup on reprend les réglages en freinant la détente (il y en avait besoin) et on en profite pour abaisser l’avant, la moto étant assez peu vive.

Quant à la kawa, elle commence à faire des siennes, peut-être à cause du fait de côtoyer trop fréquemment des italiennes : le radiateur fuit, il a pris vraisemblablement un gravier. Heureusement Joël en a un de rechange chez lui. On constate également que les plaquettes avant et arrière sont usées quasiment jusqu’à la ferraille, que le sabot est une saleté à démonter, que le bouchon de réservoir n’est pas adapté aux systèmes à remplissage rapide,  que la mise à l’air ne fonctionne pas bien…  bref qu’il y a beaucoup de travail à réaliser sur la moto.

Les essais étant dans une heure et demie, on se concentre sur la fuite à coup de pâte métallique en attendant l'arrivée de l'autre radiateur, le reste attendra l’après-midi.

Bien entendu les commentaires des pilotes du proto vont bon train quant à la fiabilité des japonaises !

David et Fred partent ensuite pour leurs essais, bien remontés après s’être chambrés pendant toute la matinée. Les résultats, avec cette petite course interne, seront à la hauteur : 2’03 pour David et 2’05 pour Fred.

Par contre, la tête et les dix premiers quasiment sont en moins de 2’ (meilleurs temps en 1’52), donc ça va finir en course entre nous !

Au final Fred et moi sommes classés en 23ème position et David et Joël en 25ème position, sur 26 motos engagées.

L’après-midi sera consacré à la révision complète de la kawa, ce qui manquait à David et le change de ses journées de travail ! De plus, la kawa nous ajoute un problème de roue libre de démarreur, ce qu’il fait qu’elle démarre un coup sur deux ; assez pratique pour une course d’endurance… La fiabilité japonaise est définitivement enterrée avec Fred et moi qui en ajoutent une couche et y allons de nos commentaires.

Un détail croustillant : la modification du réservoir pour permettre le passage de l’acerbis à coup de marteau ; ça reste un outil indispensable en mécanique il faut croire (il y aura les photos qui vont bien sur notre site).

Pour finir cette belle journée, qui s’est déroulée sous un soleil d'été et dans une très bonne ambiance propre à Méca team, un apéritif est offert le soir à tous les pilotes de l’endurance : ils ne veulent vraiment pas qu’on ait de bons résultats !!!

 
Dimanche 20 octobre

C’est parti pour la journée course, après une nuit bien arrosée par un orage violent. La piste est mouillée et les pneus pluie sont de rigueurs. Il est 7h30, on doit être en piste à 8h15, nous sommes donc à fond de bon matin. Pour le proto, le changement sera rapide puisqu’il y a un jeu de jantes de réserve déjà équipé. Par contre pour la kawa il faut tout démonter et faire changer les pneus. Tout le monde est donc au boulot autour des motos afin qu’elles soient prêtes dans les temps, ce qui sera fait sans problèmes. Au moins, nous restons des pros de la mécanique !

La mise en épis se fait sous un ciel menaçant et sombre, le jour est à peine levé, ça fait bizarre.

Le départ sera réalisé par moi sur le proto et David sur la kawa.

Le tour de formation confirmera que la piste est encore bien mouillée et fraiche.

Pour les tours de chauffe, le départ se fait sous la forme 24h00. J'arrive à faire un joli départ et me place dans les dix premiers, David étant juste derrière. Je me fais deux belles glissades sur des portions grasses, le rodage des pneus pluie se faisant, ce qui me refroidit d’office.

Puis c’est enfin le départ. Cette fois, je loupe mon coup et met du temps à démarrer. Quant à David il prend son temps, la moto ayant une chance sur deux de démarrer, il n’a pas jugé bon de s’exciter sur le départ. Nous nous élançons donc tous les deux dans les derniers. David prend de suite du rythme et confirme son expérience de pilotage en me prenant rapidement un tour, vu que je suis crispé sur la moto et me traine en 2’30. Le fait d’avoir David devant, et les conseils de roulage de Vincent de Box23 revenant, je commence à me détendre et me positionner comme il faut; les temps descendent immédiatement pour se rapprocher de 2’20, ce qui reste moyen sur du mouillé avec des pneus pluie.

Cependant, tout va bien pour nous deux pilotes qui progressons dans le classement, au grès des dépassements et des chutes, ainsi que sous les encouragements de l’équipe : David se rapproche de la dixième place et je reprends 10 places dans mon relais pour me positionner à la 20ème place.

A 30 minutes, la kawa change de pilote, tandis que pour le proto c’est à 45 minutes.

Malheureusement pour l’équipe du proto, ce premier relais n’aura pas lieu : de l’huile au freinage du virage 6, au bout de la ligne droite du fond, me vaut une belle chute à la prise du levier et un aller simple au médical où je passe trois quart d’heures et sort avec une interdiction de reprise et une cheville douloureuse. J'ai d'ailleurs été accompagné par deux autres pilotes pour les mêmes raisons et le pace car a été sorti vu la quantité d'huile au 10. Ça aurait pu être pire, l’équipement a fait son travail et c’est la combinaison et les bottes qui ont tout pris (et sont HS). Il semble que le trophée de Ligue ne m'aime pas : deux participations et deux chutes, belle performance avec 100% de réussite en figure libre… En tout cas, je me souviendrai longtemps de cette glissade sur le dos. Passer de à fond de 4 au sol sans intermédiaire, c'est assez brutal...

Côté kawa, à une heure de course, David et Joël sont 12ème à deux tours du premier.

Tout le monde va alors s’activer sur le proto pour permettre de repartir. Les dégâts sont faibles : un levier d’embrayage, de la fibre, le sélecteur tordu et les freins à purger (les durites se sont desserrées à la chute), ainsi que quelques kilos de gravier qui se sont accumulés dans le bac. Fred est à fond et veut absolument partir. Il reprend la course en dernière position bien remonté et va entamer une belle course avec des chronos qui descendent régulièrement. Il n’a qu’une cible en fait, David et la kawa, pour le plaisir de la course et de rouler. Son relais sera d’une heure et vaudra à l’équipe quelques grands moment, comme un arrêt inattendu au bout de 20 minutes, car personne ne comprenait les gestes de Fred sur la moto ; en fait il voulait juste boire. Forcément avec un rythme de vitesse et peu d’entrainement physique (il paraît que le moto cross est un sport, visiblement insuffisant !!!), l’heure de course va être raide. Vingt minutes après, il s’arrête de nouveau après une belle frayeur : absence de frein sur la moto, une durite s’était desserrée, probablement mal serrée lors de la séance de mécanique d’urgence pour repartir.

Pendant ce temps, David et Joël enchainent leurs relais sans aucun problème, la kawa tournant comme une horloge et même démarrant normalement.

A deux heures de course, David et Joël sont 11ème à cinq tours du premier, qui décidément est régulier en 2’03-06.

David arrive même à remonter à la 8ème place. Il est dommage que le calcul d’essence sur cette moto ne soit pas bon, avec un plein de trop qui fait qu’au final la kawa se classe 10ème, ce qui reste tout de même un bon résultat.

Quant à Fred, il termine la course également, en 23ème position, sur 26 motos au départ et 25 à l’arrivée. Il a réussi à tenir l’heure de relais, il est vrai avec quelques arrêts. Cependant, Fred et moi sommes non classés, n’ayant pas parcouru 75% du nombre de tour du vainqueur. C’était une course pour la gloire, mais nous le savions dès ma chute.

La course interne David/Fred se solde par la victoire de David, 2’06’’881 (dans le dernier tour !) contre 2’16’’059

Après un morceau à manger et un verre, tout est plié dans la bonne foi et la bonne humeur pour changer, qui plus est sous le soleil. Personnellement, à ce moment, je n'ai qu'une envie : arrêter les endurances sous la pluie, en ayant assez de chuter mais David me motive à fond et m'invite à bien y réfléchir. L’idéal est quand même de créer une équipe de rapides avec David et Fred, histoire de viser des podiums pour l’association, même s’il est vrai que ce n’est pas vraiment notre priorité, l’esprit étant de s’amuser et finir.

La saison se termine dans tous les cas avec pas mal d’occupation pour l’hiver : démontage complet du proto, révision en profondeur de la kawa et réalisation du deuxième proto sur base 1100 ducati.

Merci à l’équipe d’assistance qui s’est déplacée et a bien voulu se démener pour permettre au proto  et à Fred de finir la course, à toute l’équipe pour la bonne humeur toujours présente et la mauvaise foi caractéristique, aux organisateurs de ces courses de nous permettre de nous amuser et à nos partenaires de nous accompagner dans ces moments.

Hors ligne laducatalilive

  • Desmo de bronze
  • ******
  • Messages: 5 311
  • il y a toujours plus malheureux que soi
Re : Endurance trophée de ligue au Vigeant
« Réponse #1 le: 02 novembre 2013, 21H 23mn 12s »
Le lien ne fonctionne pas  :(
Nous sommes comme des feux d'artifice, vu qu'on est pas là pour par longtemps
Faisons en sorte tant qu'on existe, de briller dans les yeux des gens.
Ducati 748 2001  http://www.planete-ducati.com/forum/index.php?topic=54614.0
KTM 390 RC 2015
recherche 998 en mauvais, voir très mauvais état, surtout pas cher

monticelli

  • Invité
Re : Endurance trophée de ligue au Vigeant
« Réponse #2 le: 02 novembre 2013, 22H 25mn 52s »
l'association Méca team (www.mecatem.fr). il manque le a de team pour que le lien fonctionne (www.mecateam.fr).